Présentation UNPEC


Urban National Parks in Emerging Countries and Cities

(UNPEC)

Les parcs nationaux urbains dans les villes et pays émergents :

Rio de Janeiro, Mumbai, Nairobi, Cape Town

 

Durée du projet : 4 ans (2012-15)

Financement : Agence Nationale de la Recherche (+ financement ponctuels des partenaires ci-dessous).

Membres: 20 chercheurs, de plusieurs disciplines en sciences sociales et en écologie, issus de trois continents.

 

Principales institutions partenaires:

Laboratoire Mosaïques (ex-GECKO)/LAVUE, Université de Paris Ouest-Nanterre (partenaire n°1)

Institut Français d’Afrique du Sud (IFAS), Johannesburg

Institut Français de Recherche en Afrique (IFRA-Nairobi)

Institut Libertas (France)

Pontifical Universidade Catholica, Rio de Janeiro

Tata Institute of Social Sciences (TISS), Mumbai

…et autres (Sciences Po-Paris, IUCN, university of Stellenbosch…)

… ainsi que la direction des 4 parcs étudiés (Forest Department of India, Kenya Wildlife Service, South African National Parks, PARNA Tijuca)

 

La question des parcs nationaux est encore en général considérée sous l’angle d’un antagonisme entre conservation (de la nature) et développement (des sociétés). Il existe une abondante littérature scientifique sur le sujet, qui pour l’essentiel prône une approche participative permettant d’intégrer les populations locales à la politique de protection et, de ce fait, de concilier équité et efficacité. Revisiter cette question à propos de métropoles des pays du Sud ou émergents (Rio de Janeiro, le Cap, Bombay, Nairobi) permet un regard original.

Car que signifie « l’émergence », sinon, en termes socio-culturels, la juxtaposition de groupes de plus en plus contrastés, dont les systèmes de représentation de la nature sont divergents ? Le processus d’émergence modifie la composition et la dynamique des classes sociales et fait du parc un lieu révélateur de rencontres et de conflits, au Brésil, en Inde, en Afrique du Sud et même dans des pays comme le Kenya, marqués par des crises récurrentes, pour lesquels « l’émergence » semble encore être un objectif à atteindre plus qu’un réel processus de développement. Les populations aisées adoptent les représentations dominantes dans les sociétés d’Europe ou d’Amérique du Nord, considérant le parc urbain comme un espace de loisirs et de récréation, ou de protection de la biodiversité. Au contraire, les habitants des bidonvilles tendent parfois à voir l’espace protégé comme une réserve de terrain à bâtir ; tandis que les éleveurs de Nairobi ou les agriculteurs de Bombay considèrent le parc comme un possible gisement de ressources. L’étalement urbain pose d’autant plus la question de la localisation de ces parcs qu’inversement les espaces protégés ont tendance à s’étendre, ce qui multiplie les « fronts ».

Enfin, le processus d’émergence met en lumière de nouveaux enjeux : dits « nationaux », mais inscrits dans une dimension locale urbaine, ces parcs sont confrontés au défi d’une gestion qui doit se faire en tenant compte de ces multiples échelles. Ils peuvent contribuer au renforcement de l’image de la ville et atteindre un statut d’icône (le Cap, Rio de Janeiro), alors même qu’ils peuvent avoir été considérés jusque là comme une ressource financière locale avant tout (Nairobi), voire complètement négligés par les pouvoirs urbains en place (Bombay). L’environnement peut être un objectif rassembleur, qui soit facteur d’intégration locale (Rio) voire nationale à en croire le discours officiel (le Cap), mais aussi fonctionner comme un outil de segmentation spatiale et sociale (Bombay). Dans la grande compétition internationale entre métropoles pour obtenir le statut de « villes mondiales », le parc national peut être un efficace logo, image de marque emblématique qui permet d’attirer touristes, capitaux et conférences internationales (le Cap, Rio). Il peut aussi être négligé (Bombay). Dans le premier cas, il semble bien qu’on ait des « parcs émergents », attachés à ces « villes émergentes » moteurs des « pays émergents ». Dans le second, cas le parc demeure marqué par la vieille approche « forteresse » de la conservation, fort peu intégré à la ville – le parc de Nairobi étant dans une position intermédiaire.

Ces parcs « nationaux » sont inscrits dans une métropole « locale » et doivent répondre à des enjeux « mondiaux » : leur gestion est rendue ardue par la diversité des acteurs à toutes ces différentes échelles qui sont porteurs de représentations souvent divergentes, répondant à des intérêts souvent contradictoires, et dotés de pouvoirs inégaux.

 

Coordination : Frédéric LANDY (landy@u-paris10.fr)

Coordinatrice UPA Network : Louise BRUNO (louise.bruno@yahoo.fr)

 

Sept axes thématiques :

 

 

  • La patrimonialisation de la nature dans les discours de promotion urbaine (coord. Jean-Fabien STECK jsteck@u-paris10.fr)

 

 

 

 

 

  • Adaptation au changement climatique fondée sur les écosystèmes (EbA) (coord. Louise BRUNO (louise.bruno@yahoo.fr)