Entretien avec Estienne Rodary*, coordinateur du programme UNPEC

Quelles sont les origines du programme UNPEC ?

A l’origine, ce projet de recherche sur les liens entre aires protégées et mégalopoles a été formulé par le laboratoire Gecko de l’université de Nanterre ainsi que par une association liée à ce laboratoire, l’Institut Libertas. Un certain nombre de projets avaient été soumis à différentes organisations, ce qui avait permis le financement d’une année en 2010. Puis nous avons soumis d’autres projets, notamment à l’ANR qui a sélectionné notre dossier en 2012.

L’objectif du programme est de développer la réflexion sur la place des aires protégées dans la ville, ce qui est actuellement assez peu étudié. Le programme porte sur quatre villes : Le Cap, Rio de Janeiro, Mumbai et Nairobi. Cette réflexion s’établit en lien avec un groupe de spécialistes de l’UICN (Union mondiale pour la conservation de la nature) qui travaille sur les aires protégées urbaines. Ce groupe a une vocation de diffusion de l’information, de coordination, de production scientifique sur ces thématiques de conservation urbaine et il a été dès le début très motivé par le projet.

 

Quels sont les partenaires aujourd’hui impliqués dans ce programme ?

Il y a tout d’abord les partenaires scientifiques : nous travaillons en ce moment en Afrique du Sud avec l’Université de Stellenbosch et, de manière moins approfondie, avec UCT. Nous travaillons également avec les gestionnaires des parcs et des villes. A l’échelle sud-africaine, il s’agit principalement de SanParks et de la ville du Cap. C’est à ce titre que des gens de la commune du Cap et du Table Mountain National Park sont venus en 2010 à la première conférence « Biodivercités » organisée à Paris et que  le directeur du parc de Table Mountain est venu à Rio pour la deuxième conférence qui vient d’avoir lieu à Rio. Pour la troisième conférence que l’on organisera en 2014 au Cap, nous souhaitons que ces acteurs soient impliqués, échangent, et qu’ils puissent profiter de cette occasion pour rencontrer leurs homologues d’autres villes. Il y a eu par exemple des échanges fructueux entre le directeur du parc de Table Mountain et son homologue de Rio au mois d’octobre dernier au Brésil. Au cœur du programme, il y a cette idée de travailler de manière active pour favoriser les échanges, la collaboration et le développement de réseaux entre operateurs urbains, opérateurs des parcs et scientifiques.

 

Quels sont les objectifs du programme, qu’ils soient de nature scientifique ou pratique ?

Le programme comporte un premier versant pratique qui vise la connexion de différents acteurs travaillant dans ou sur les aires protégées dans les grandes villes du Sud. Il peut s’agir de gestionnaires de parcs ou de réserves naturelles urbaines, de gestionnaires des villes elles-mêmes, d’acteurs privés ou associatifs et de scientifiques. L’objectif est de mettre en place un réseau qui travaille et qui mette en relation ces différents opérateurs à l’échelle mondiale. D’où la mise en place du site web Urban Protected Areas Network (http://upa-network.org/).

Le deuxième élément est scientifique. Il s’agit de problématiser et de comprendre les perspectives de connexion et de rapprochement entre la gestion d’aires protégées et les dynamiques et politiques urbaines dans les mégalopoles du Sud. Le programme UNPEC s’intéresse en particulier à des villes qui comptent plusieurs millions d’habitants avec un développement démographique important dans des pays dits « émergents », c’est-à-dire qui présentent notamment de grandes disparités socio-économiques. D’autres part, le programme travaille spécifiquement sur des parcs nationaux, qui relèvent d’une catégorie de protection élevée et dans lesquels l’habitation est interdite et il ne peut y avoir d‘utilisation permanente des ressources naturelles. Ceci oblige à réfléchir sur la question du lien entre parc et ville autrement que si nous avions travaillé sur des aires protégées beaucoup plus souples tels que les parcs urbains ou des zones de loisirs et récréatives. Nous sommes donc confrontés à deux éléments a priori antinomiques : des parcs nationaux très protégés d’une part et, d’autre part, des dynamiques urbaines importantes, de grandes disparités économiques entre les groupes sociaux de ces villes. La question est de savoir comment penser ces deux éléments ensemble et non plus comme opposés et de redéfinir ainsi ce que peut être la nature en ville.

Evidemment ceci n’est pas simple ! Les parcs nationaux sont la plupart du temps des structures qui sont gérées à l’échelle nationale et non pas à l’échelle locale. Il peut ainsi y avoir des problèmes d’échelle entre les gestionnaires des parcs et des villes. Le niveau international peut aussi intervenir, notamment avec des labels internationaux tels que le patrimoine mondial de l’UNESCO comme c’est le cas pour le parc de Table Mountain dans la ville du Cap. Ces interventions externes ont des exigences ou des demandes spécifiques concernant ce type de parc et cela ne rentre pas forcement en synergie avec les objectifs locaux, notamment la planification urbaine qui est faite à l’échelle des agglomérations et des villes concernées.

D’autre part, la tendance dans les milieux de la conservation serait plutôt au renforcement de la protection et donc à la limitation des modes d’usage des parcs jugés nuisibles à la biodiversité. Or, la pression pour un usage de ces espaces est très forte, ce qui entraine une certaine contradiction dans la gestion qu’il est difficile de dépasser. Lorsque l’on est dans un contexte urbain, en l’occurrence une agglomération de plusieurs millions d’habitants, il est hors de question de déplacer des populations sous prétexte qu’il faut protéger un parc. Mais à l’inverse, d’un point de vue politique, il est impossible de dire que l’on va déclasser le parc de Table Mountain ou de Nairobi au prétexte qu’il faudrait plus d’espaces pour les habitations ou les activités économiques. Il faut donc articuler ces deux pressions, il n’y a pas d’autre possibilité. Cela impose des conciliations, des coordinations entre ces deux entités – le parc et la ville – que l’on ne retrouve pas dans des zones rurales.

 

Quelles sont les similarités ou les différences qui sont observées entre les différents pays étudiés ?

Il faut être conscient que c’est un travail en cours. Mais on observe d’ores et déjà des modèles différents. Les villes du Cap et Rio sont un peu différentes de Nairobi et de Mumbai car elles ont plus de moyens, de ressources, ainsi qu’une capacité de gestion et de suivi de leurs activités qui n’est pas équivalente.

Nairobi est spécifique car il existe une clôture au nord du parc en raison d’animaux qui peuvent être potentiellement dangereux pour les populations urbaines. C’est différent des autres parcs même si à Mumbai il y a des léopards qui pourraient constituer un risque. Il y a une thématique intéressante  que nous n’avons pas encore épuisée autour de la question de la transgression des barrières. On voit, en fonction des histoires ou des économies politiques des différents pays, des façons divergentes de gérer cette question de la frontière. En Afrique du Sud, même si le parc est en accès libre, les dynamiques de dépassement de la frontière entre le parc et la ville sont très limitées, elles existent mais sont très contrôlées et, de manière générale, les dynamiques sociales ne sont pas critiques par rapport à cela. Rio est par contre davantage confronté à ces dynamiques où des gens vont s’installer à l’intérieur du parc. A Mumbai, il y a une importante population qui vit à l’intérieur du parc, qu’ils soient très pauvres ou issus des classes moyennes.

Ainsi, les configurations sont différentes et l’on ne peut pas simplement ramener cela à la capacité de contrôle au sein des parcs. Il y aussi des questions sociales et une histoire liée à la ségrégation, à la gestion des frontières, qu’elles soient symboliques ou matérielles.

Un autre point important est la question de l’accès aux parcs et les déterminants socioéconomiques qui y sont rattachés. Au Cap, il y a, autour du parc, des quartiers riches et très peu de townships. Du coup, l’accès au parc est très largement le fait des populations aisées, alors que les classes les plus pauvres de la ville en profitent moins. Se pose donc la question de la transformation des modes d’utilisation de ces espaces pour faire en sorte que les parcs soient des éléments profitables pour tous, quel que soit l’origine économique ou géographique. Malgré une certaine volonté politique, les conditions évoluent lentement. C’est aussi vrai dans une certaine mesure à Mumbai et à Rio. La question de l’accès et de l’utilisation des aires protégées dans des villes marquées par d’importantes disparités économiques fait partie des thématiques sur lesquelles nous travaillons. A Mumbai, nous essayons par exemple de montrer dans quelle mesure, d’un point de vue quantitatif, la présence d’un parc en ville provoque une augmentation du prix du foncier. Ceci aurait un effet contre-productif par rapport à la volonté de permettre l’accès du parc au plus grand nombre. C’est déjà le cas en Afrique du Sud où la présence du parc, très probablement, valorise les zones périphériques. Il y a un effet, par l’attractivité du cadre de vie et du paysage, un effet économique qui a tendance à ségréguer encore plus l’organisation de l’espace à l’échelle de la ville plutôt que de l’ouvrir à des catégories sociales très différentes.

 

Quelles sont les conséquences attendues en termes de politiques publiques ?

Je crois qu’il faut rester modeste. On voudrait, au sein du programme ou au moment de sa valorisation, faciliter le dialogue entre les différents opérateurs. Il faut que les gens puissent se parler, rencontrer des institutions qu’ils n’auraient pas rencontrées. Par exemple en 2010 à Paris, le gestionnaire du parc de Nairobi a rencontré pour la première fois un membre de l’administration de la ville de Nairobi chargé de la gestion des espaces protégés. Ils n’avaient jamais échangé à Nairobi.

Ces éléments de mise en réseau, d’une part entre différents opérateurs qui peuvent s’ignorer et, d’autres part, entre ces opérateurs et des scientifiques sans doute moins connectés aux réalités mais proposant des grilles de lecture critiques, peuvent occasionner de riches réflexions. Nous visons une vraie démarche de mise en commun des réflexions, davantage que la plupart des programmes scientifiques qui l’envisagent souvent uniquement à la fin de leurs travaux.

Il nous faut réfléchir à des formes nouvelles de l’intégration de la nature dans les villes. Mais en termes de politiques publiques réelles, cela peut être compliqué à mettre en place du fait d’un manque de temps mais aussi de contextes politiques tendus, notamment avec des questions strictement politiciennes ou des questions de personne qu’il ne faut pas négliger.

 

Au mois d’Octobre 2012, a eu lieu la conférence de Rio. Que représentait cette étape pour le programme et quel était le contenu des débats ?

Cette conférence qui a eu lieu à mi-parcours du programme permettait de rassembler les différents acteurs impliqués. Cela a aussi été l’occasion d’avoir une vision des dynamiques en jeu à Rio, y compris pour ceux qui ne travaillent pas directement sur cette ville. Cela a aussi montré les limites de l’exercice car des logiques politiques internes à Rio ont émergé au cours de la conférence. C’est notamment le cas pour le parc national de Tijuca que certaines institutions locales, de l’État ou fédérales voudraient connecter à d’autres aires protégées de l’agglomération de Rio pour en faire une mosaïque de parcs, voire un grand parc. Dans ce cadre, la ville du Cap a servi d’exemple. Le directeur du parc du Cap est venu et a montré ce qu’ils avaient fait en Afrique du Sud. C’était un autre intérêt de la conférence, comparer et présenter des modèles de gestion. Nous avons pu observer les dynamiques externes qui ont lieu autour des parcs, les logiques politiques, le contexte économique, par exemple avec la coupe du monde de football et les jeux olympiques qui auront lieu à Rio en 2014 et 2016, qui exercent des pressions foncières importantes, notamment sur les favelas situées à proximité du parc.

Cela a bien illustré la difficulté à articuler ces trois composantes que sont la science, la ville et le parc. Mais nous n’avons pas encore de résultat en tant que tel car cela arrivera plus tard, à l’issue du programme en 2015.

 

Quels sont les prochaines échéances du programme ?

Nous sommes dans une phase de travail de terrain. Chacune des équipes fait ses études dans les quatre villes concernées. En Afrique du Sud, une étudiante de Stellenbosch termine cette année son master sous la direction de Steven Robins du département d’anthropologie sociale et nous avons trois étudiants, deux français et une suisse qui vont aussi travailler sur des questions connectées au programme. Plusieurs chercheurs vont venir faire leur terrain au cours de cette année.

La prochaine conférence liée à ce programme aura lieu au Cap au premier semestre 2014. L’année suivante sera consacrée à la compilation des données et à la rédaction d’articles, c’est-à-dire à la finalisation classique de ce type de programme de recherche. Enfin, au premier semestre 2015, sera organisée à Paris la dernière conférence du programme. A l’issue du programme, il s’agira également de faire des retours vers les opérateurs des villes et des parcs, ce qui justifie réellement l’existence de ce programme.

 

* Estienne Rodary est chargé de recherches à l’Institut de Recherche et de Développement (IRD).