La violence de la vie quotidienne à Libreville / The violence of daily life in Libreville

À partir d’approches disciplinaires variées, les études de cas réunies dans cet ouvrage offrent une plongée dans le microcosme librevillois, en s’attachant à examiner les formes de violence qui se manifestent dans le quotidien de ses habitants. Car s’il est un domaine que l’observation de Libreville ne peut manquer de mettre en évidence, une dimension incontournable des échanges qui se déroulent en son sein, c’est bien sa violence. De la coercition des forces de l’ordre, aux brutalités observées au sein des cellules familiales, en passant par les interactions chargées de mépris qui ont cours dans les administrations publiques, les transports, ou les commerces, les articles réunis ici examinent cette violence ordinaire et latente de la vie quotidienne à Libreville. En abordant des domaines aussi variés que ceux de la santé, du religieux, des rapports de genre, des loisirs ou du politique, les contributions réunies démontrent comment violence des rapports sociaux, violence des institutions et violence de l’invisible s’entrecroisent et s’interpénètrent dans le quotidien librevillois.

Les auteurs soulèvent finalement la question complexe des échappatoires à la violence, cette violence que les Librevillois s’administrent contre eux-mêmes, et dont ils sont complices.

Alice Aterianus-Owanga est anthropologue, réalisatrice de documentaires et actuellement chercheure postdoctorante de l’IFAS à Johannesburg.

Maixant Mebiame Zobo est maître-assistant à l’Université Omar Bongo où il enseigne la sociologie et l’anthropologie des religions et chercheur au Laboratoire d’anthropologie (LABAN).

Joseph Tonda est professeur à l’Université Omar Bongo (Gabon). Son dernier ouvrage s’intitule L’impérialisme postcolonial, Critique de la société des éblouissements (Karthala, 2015).

Plus d’informations ici