Conférence : La nouvelle histoire globale : regards croisés sur la première mondialisation au Sud

La nouvelle histoire globale : regards croisés sur la première mondialisation au Sud

University of the Witwatersrand/University of Cape Town

15-19 Avril 2013

Descriptif du projet :

A plus d’une occasion, le constat a été fait des inerties de l’histoire académique pour prendre le pas sur les changements sociaux-politiques de la nouvelle Afrique du Sud. Parmi les nombreux défis qu’affrontent les historiens sud-africains, il en est un qui se fait de plus en plus pressant, à savoir décloisonner l’histoire nationale, non seulement à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de ses propres frontières. Si l’urgence d’une nouvelle histoire qui prenne en compte la voix des oubliés de l’histoire officielle au XXe siècle s’est fait sentir dès la transition démocratique, un autre besoin a vu le jour plus récemment, qui met l’accent sur la place de l’Afrique du Sud dans ce qu’il est désormais convenu d’appeler la « première globalisation » depuis le XVIe siècle. L’histoire sud-africaine n’est peut-être pas aussi particulière que l’on pensait et son intégration dans des processus de plus grande ampleur et de plus longue durée est devenue nécessaire : la circulation des personnes et des biens entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie, l’intégration économique mondiale, les migrations à l’échelle continentale africaine, l’histoire atlantique, la traite dans l’Océan Indien, les réseaux scientifiques entre les différents continents etc. A bien des égards, l’histoire sud-africaine depuis l’époque moderne apparait comme la cristallisation locale de phénomènes globaux.

Cependant, une telle intégration ne doit pas se faire au prix de simplifications grossières. Pour appréhender de tels phénomènes à grande échelle, la nouvelle histoire globale, que l’on peut définir comme la rencontre entre l’histoire mondiale et l’histoire culturelle, offre des éclairages nouveaux et des décentrements précieux. A rebours d’une « world history » trop souvent unilatérale, téléologique, pour ne pas dire eurocentriste, une telle approche, toujours soucieuse de symétrie dans le traitement des sources et des vécus, est attentive aux rencontres, aux connexions, aux synergies mais aussi aux discontinuités, aux impositions et aux voies parallèles empruntées ou abandonnées par de tels phénomènes de grande échelle. Loin de répéter les grands partages entre Europe et reste du monde, entre histoire et mythe, entre science et superstition, entre écriture et oralité, une telle histoire s’attache à déconstruire les logiques et les rapports de force qui ont présidé à leur élaboration. Parce que de tels processus de distinction furent constitutifs de la société sud-africaine depuis le XVIIe siècle, l’histoire de l’Afrique du Sud offre la possibilité de les décentrer, de leur redonner toute leur complexité, leurs discontinuités, leur contingences et de comprendre les modalités sociales et culturelles de leur mise en œuvre.

Une rencontre entre la volonté des chercheurs sud-africains de décloisonner une historiographie nationale trop longtemps artificiellement isolée et les objectifs d’une nouvelle génération d’historiens qui travaillent à décentrer la première mondialisation était donc attendue. Entre autres choses, ce dialogue historiographique entre nouvelle histoire globale et nouvelle histoire sud-africaine devra fournir quelques-unes des clés historiques de la compréhension des rapports Nord-Sud actuels.

 Programme provisoire :

  • Lundi 15 avril, 15h , Wits University, Wiser seminar: Joan-Pau Rubiès (UPF, Barcelona), Travel Writing and the origins of the Enlightenment. Discussant: Pamila Gupta (CISA, Wits)
  •  Mardi 16 avril, 14h , Wits University, Public lecture – Romain Bertrand (Sciences-Po, Paris), L’histoire à parts égales/ history on equal grounds Discussant: Keith Breckenridge (wiser, wits)
  • Mercredi 17 avril, University of Cape Town, Historical studies department, Public conference – New perspectives on global history.

Avec Romain Bertrand (Sciences-Po, Paris), Adrien Delmas (IFAS), Bodhisattva Kar (UCT), Ashley Millar (UCT), Silvia Sebastiani (EHESS, Paris), Joan-Pau Rubiès (UPF, Barcelona), Nigel Worden (UCT)

  •  Vendredi 19 avril, University of Cape Town, Round table : la formation universitaire en histoire globale/ academic training in global history